Collectie-uitdieping ® Henk Schoenmakers
NL EN FR

Les œuvres de la collection permanente ne sont pas toujours exposées dans le musée Dhondt-Dhaenens, en raison des expositions temporaires. Surfez sur le site web ou contactez le musée pour plus d’informations sur les présentations de collections temporaires.

Vous trouverez sur cette page plusieurs œuvres incontournables de la collection du musée. Cette sélection sera encore étoffée à l’avenir.

Vous souhaitez plus d’informations sur les autres œuvres d’art de notre collection permanente ? Cliquez sur le projet MovE.

Henri Evenepoel


La petite Matisse, 1896
Oil on canvas, 67,5 x 42,5 cm

Ce portrait particulièrement sensible représente Marguerite, la fille du célèbre artiste français Henri Matisse. L’arrière-plan de ce portrait de profil est uniformément sombre, sans aucune profondeur, afin d’accentuer au mieux les contours de la robe couleur gris perle et de la tête. Evenepoel a intitulé le portrait de Marguerite, fille d’Henri Matisse, « La petite Matisse ». L’artiste belge s’était lié d’amitié avec Matisse vers 1894, après l’avoir rencontré dans l’atelier de Gustave Moreau à Paris.

Frits Van den Berghe


Vissers aan de Leie, 1923
Olieverf op doek, 80 x 62,5 cm

Dans cette œuvre, Frits Van den Berghe dépeint ses deux meilleurs amis, Constant Permeke et Gust De Smet en pleine partie de pêche. Le Pays de la Lys est, à cette époque, la principale source d’inspiration de Frits Van den Berghe. Son utilisation des couleurs, ses thèmes et ses compositions présentent une grande analogie avec l’œuvre de Gust De Smet. Bien qu’ils fussent tous deux influencés par le cubisme français et l’expressionnisme allemand, la distorsion expressive n’est pas poussée à l’extrême et le thème naturel n’est pas profané à l’excès. Leur style individuel se caractérise plutôt par un expressionnisme classique dominé par la sérénité, la sobriété et la sagesse.

Frits Van den Berghe


De Droom (De Schepping), 1927
Olieverf op doek, 120 x 140 cm

Jusqu’au milieu des années 20, Frits Van den Berghe a été principalement inspiré par la vie rurale à Laethem-Saint-Martin. Dès 1925, il a cependant émaillé ses œuvres de motifs étranges et d’éléments philosophiques. Il tente ainsi de pénétrer dans les profondeurs cachées du psychisme humain. La toile De Droom illustre cette transition : le personnage endormi évoque fortement le paysan volumineux souvent représenté dans ses œuvres précédentes. L’environnement dans lequel il est dépeint est abstrait et teinté de bleu foncé cosmique. Trois curieux petits personnages rouge, jaune et violet dansent et planent sur le corps. Van den Berghe souligne ici la possibilité d’utiliser le rêve comme moyen pour découvrir le mécanisme et le contenu de l’inconscient. Cette toile peut être considérée comme l’œuvre précurseur des nombreux peintures et dessins présentant un fort caractère surréaliste, dans lesquels des personnages imaginaires grotesques prennent le dessus.

Valerius De Saedeleer


De Leie te Latem, 1903
Olieverf op doek, 72 x 61 cm

Valerius de Saedeleer a peint ce paysage à proximité de la ferme Tempelhof dans le village de Laethem. L’œuvre est un tournant dans l’évolution de l’artiste : nous reconnaissons toujours, d’une part, l’impressionnisme de son professeur Franz Courtens, mais nous identifions, d’autre part, une volonté claire de dissoudre certains plans de couleurs en champs lisses et monochromes. En ce sens, l’œuvre De Leie te Latem semble annonciatrice d’un style strictement personnel qui arrivera à maturité en un temps assez court, après 1904.

Edgard Tytgat


Herinnering aan een zondag, 1926
Olieverf op doek, 88 x 116 cm
© SABAM België

Laethem et Deurle symbolisaient, dans les années 1920, un lieu de rencontre pour les artistes, les amateurs d’art et les écrivains. Paul-Gustave Van Hecke, fervent défenseur du modernisme en Belgique, possédait une maison de campagne (villa Malpertuis) sur les rives de la Lys. Ses amis artistes y étaient toujours les bienvenus. Même des artistes de renommée internationale comme Marc Chagall et Ossip Zadkine ont franchi la porte de cette villa. Les jours fériés étaient l’occasion de faire flotter le drapeau blanc et noir de Gand (les couleurs des flibustiers) sur le porche de la maison. Usant de son style ludique et naïf narratif typique, Tytgat a brossé le tableau d’un de ces nombreux dimanches où les artistes aimaient se retrouver. Marc Chagall et sa femme sont assis à la poupe du bateau conduit par Léon De Smet. À l’avant, Frits Van den Berghe et Oscar Jespers tiennent une conversation animée, alors que Gustave De Smet exerce ses talents d’archer sur la rive gauche. Hippolyte Daeye – vêtu d’un beau costume blanc - aide Norine Van Hecke à rejoindre la terre ferme tandis que l’hôte attend ses invités avec de la musique et une bouteille. Edgard Tytgat s’est lui-même retiré dans la chambre haute de la maison de campagne pour peindre la scène.

Raoul De Keyser


Surplace n°2, 2002
Olieverf op doek, 70 x80 cm
© SABAM België

Raoul De Keyser a exposé ses œuvres à plusieurs reprises au musée Dhondt-Dhaenens. Surplace n°2 a été acquis à l’occasion de son exposition Surplace en 2002. Surplace est un terme dérivé du cyclisme qui consiste à faire du sur place, tout en pédalant. Cette action nécessite une grande concentration pour se maintenir droit, garder les pieds sur les pédales et ne pas avancer. Ce terme désigne aussi le moment entre l’immobilité complète et la course. L’œuvre illustre à merveille la tension typique de De Keyser entre la réalité à deux dimensions et l’illusion de la perspective.

Marthe Wéry


Zonder titel, 1989-1995
Acryl op hout, 5x (83 x 82 cm)
© SABAM België

Cette œuvre est un don de Marthe Wéry à la suite de son exposition au musée Dhondt-Dhaenens en 1995. La couleur et l’architecture dominent toujours allégrement ses œuvres. Bien que celles-ci semblent minimalistes, elles témoignent d’une grande maîtrise technique et d’une attention artisanale pour les couleurs. Chaque panneau est un élément d’une composition spatiale plus grande, à travers laquelle Marthe Wéry considère le mur de la même manière qu’un peintre considère sa toile : le panneau monochrome devient un « coup de pinceau » dans l’espace. En résulte une expérience intense, presque sacrée, de couleurs et d’espace.

d-artagnan | all for advertising